JSB: »Hymne à la Jeunesse de Centrafrique

De nos ancêtres la voix nous appelle… A cette jeunesse silencieuse mais consciencieuse, à cette jeunesse laborieuse et nombreuse, à cette jeunesse travailleuse et ambitieuse, celle qui n’a jamais trahi mais qui a toujours subi, celle non partisane et aimant sa patrie comme son âme, celle qui est indifférente à l’actualité et toujours manipulée, oui toi, qui n’as jamais voulu t’exprimer laissant le soin à d’autres qui t’ont toujours mal représentée, c’est à toi que s’adresse ce message venant de ta mère patrie.

– Combien de temps encore laisseras-tu extrapoler tes désirs et ton ambition pour ton avenir ? – Combien de temps continueras-tu de cautionner et d’avaler, les propos mensongers savamment distillés, coulant dans ton gosier usé par ces insalubrités ? – Car il n’y a ni parti politique ni religion pour t’éclairer, sinon que ta conscience citoyenne piégée par ce système ! – Renonce au gain sordide et à la facilité, à la compromission et à la falsification, en recherchant dans une sage orientation ta perfection ! – Mets fin à la mendicité et retrouve ton authenticité, prends en main ton destin pour assumer tes lendemains ! – Ne laisse plus le soin à d’autres de dire ce que tu es, ce que tu veux et ce que tu hais ! – Car de ton indifférence, résulte cette déchéance et de ton insouciance résultera ton impuissance ! – Car tant que les histoires de chasse seront racontées par des chasseurs, elles ne seront jamais à la gloire des lions ! – Pour un Centrafrique meilleur n’aies plus peur, écoutes tous ces cœurs qui pleurent et pointes à l’heure ! – Oui, à l’heure ! à l’heure du destin où nombreux te feront des câlins pensant pouvoir une fois de plus déformer tes desseins ! – Pourquoi y renonces-tu sans avoir essayé, pourquoi n’essayes tu pas sans te laisser effrayer ? – Ton ennemi ? Ce ne sont ni les politiques, ni les religieux, mais plutôt ton mépris des choses les meilleurs, ta crédulité et ton manque de lucidité ! – Car les plus éclairé veulent te maintenir aveuglé ; – Et ceux qui t’ont toujours représentés, n’ont pas hésité à te brader, au prix combien insignifiant (dégradant) de leurs cupidités ; – Reprends l’étendard qu’ils peinent à élever, et assume ta destinée, contre vent et marrée ! – Alors, alors ! Réveil toi qui dors et lèves-toi d’entre les morts et « Il » t’éclairera !!!

Le patriote

2 réflexions sur “JSB: »Hymne à la Jeunesse de Centrafrique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *